Baccarat Du cloud dans le cristal

Baccarat, l’un des fleurons mondiaux des produits en cristal haut de gamme, créé sur autorisation du roi Louis XV, bascule progressivement son informatique dans le cloud luxembourgeois de System Solutions. Un choix mûrement réfléchi, synonyme de sécurité et d’économie.

La décision de basculer dans le cloud n’est pas qu’une question de principe. Encore faut-il pouvoir répondre à de multiples critères opérationnels. En l’occurrence, Baccarat tournait sur une version datée du DBMS. «D’emblée, System Solutions a pris en compte cette contrainte, ce qu’un prestataire générique du cloud n’aurait pas fait, insiste Thierry Mangin. Nous avons toujours pu nous reposer sur leurs équipes pour différents petits réglages. Pour nous, choisir l’option cloud ne pouvait s’imaginer autrement, c’est-à-dire sans un accompagnement permanent.»

PROXIMITÉ. C’est dire, encore, l’importance de la proximité. Baccarat n’aurait jamais imaginé un redéploiement de son système d’information via le cloud sans le support d’équipes localisées (entreprise luxembourgeoise, System Solutions est présent à Metz). «Oui au cloud, à condition d’être supporté par une équipe locale; oui au cloud à condition aussi de savoir où seront nos données et nos applications. Opérer depuis les data centers de System Solution au Luxembourg nous a rassuré. Son agrément PSF (Professionnel des Services Financiers) est un solide atout, même si, de par nos activités, nous ne sommes pas concernés par les réglementations financières. Nous l’envisageons davantage comme un plus, un label de qualité en termes de protection des données. Dès lors, quel que soit le secteur où l’on opère, cet aspect de protection des données ne peut que renforcer la confiance». L’approche d’intégrateur de System Solutions a, aussi, été déterminante. La ressource -qu’elle s’exprime en capacité ou en puissance- ne suffit pas, estime-t-on chez Baccarat. Le géant du cristal attendait plus de sécurité, plus de contrôle surtout. «Nous voulions être accompagnés dans tous les domaines. Par exemple dans les processus de sauvegarde -une zone d’ombre pour nombre de prestataires du cloud computing. Si certaines des VM supportent des workloads critiques dans le cloud, une sauvegarde est indispensable...»

Ultime question, la réversibilité. Parmi tous les facteurs de confiance, la clause de ré- versibilité est la plus sensible : elle doit être pensée et formalisée par les deux parties afin de garantir l’efficience d’un contrat de service cloud jusqu’au moment de sa clôture. «C’est là un sujet sensible, or il faut bien l’aborder afin de préciser comment poursuivre l’activité en cas de rupture contractuelle du service ou à la fin naturelle de l’échéance du contrat, relève encore Thierry Mangin. D’un point de vue pratique, une clause de réversibilité entraîne des engagements réciproques entre les deux parties.»

HPE HELION, CHOIX D’OUVERTURE; L’innovation de la proposition technologique proposée a aussi joué. Premier partenaire certifié CloudAgile au Luxembourg et en Belgique francophone de HPE, System Solutions a bâti sa solution sur un cloud OpenStack reposant sur une infrastructure HPE Helion. Un choix subtil. Auprès des clients, en effet, OpenStack apparaît comme le «Linux» du cloud, fort de sa communauté de plus de 30 000 membres. Il s’adosse à une fondation qui réunit de nombreux ténors du numérique, d’IBM à VMware en passant par Intel, Dell ou Cisco. Résolument hybride, HPE Helion est aussi ouvert aux grands prestataires cloud comme AWS.

«Par ce choix, nous évitons tout ‘vendor lock-in’. Nous opérons aujourd’hui dans un environnement bien plus ouvert qu’hier ! En ce sens, le cloud nous rassure. Cela fait partie de la confiance. System Solutions a su la créer. Jamais nous ne nous serions engagés dans une relation sans avoir rencontré ses responsables, sans bien connaître notre interlocuteur, sans pouvoir le visiter. Plus la relation est bâtie sur la confiance, plus la proximité physique est primordiale !»

Le basculement dans le cloud n’est pas encore achevé. Il est progressif, notamment pour les ERP. Ce fut un choix collégial, défendu pour des raisons évidentes de sécurité. C’est là, selon Thierry Mangin, que System Solutions a pleinement joué son rôle d’intégrateur. Prochaine grande étape : le basculement complet d’INFOR M3. Ce sera durant le premier trimestre 2017.